Imprimer

Comment rester en santé ?

Écrit par Gérard Piquemal.

detoxinationPrenez de bonnes habitudes !

Écoutez votre corps, respectez votre sommeil, individualisez votre alimentation, incluez des instants de détente dans votre agenda, faites de l'exercice, réapprenez à respirer, devenez votre meilleur ami et prenez soin de vos émonctoires.

Le respect de ces quelques règles élémentaires permet de mettre toutes les chances de son côté pour rester en santé.

Malheureusement, tout n'est pas si simple. La vie moderne, basée sur le profit, la compétition et la productivité comporte des obligations qui contraignent souvent à vivre sous l'emprise du stress, de la routine, de la sédentarité et de l'alimentation inconsciente (malbouffe, suralimentation). L'organisme s'épuise, le système immunitaire flanche... c'est la maladie!

 

Mais, que représente la maladie?

Hippocrate disait : « Toutes les maladies se guérissent au moyen de quelque évacuation, ou par la bouche, ou par l'anus, ou par la vessie, ou par quelque émonctoire. Il ne s'agit pas là d'une hypothèse, d'une théorie ou d'une quelconque réflexion phylosophique mais d'une leçon de la nature. Il suffit pour s'en persuader d'observer les animaux qui, quand il sont malades, se purgent, se nettoient ou même jeûnent.

Partout dans le monde, les peuplades primitives, les grandes religions, préconisent et utilisent des techniques de dépuration pour conserver la santé ou guérir les maladies.

Les grands médecins de toutes les époques ont toujours soulignés le rôle fondamental de l'intoxinationdans la genèse des maladies.

«La maladie n'est en réalité que la traduction d'un travail intérieur de neutralisation et de déblayage toxique, qu'accomplit l'organisme dans un but de conservation et de rénovation». Dr. Paul Carton (médecin français).

Quels que soient les termes employés et l'époque où ils ont été prononcés, la maladie est reconnue, de tout temps, comme étant due à l’encrassement de l'organisme.

Malbouffe, suralimentation, tabac, alcool, drogues légales et illégales, OGM, pesticides, stabilisateurs de goût, colorants, agents de conservation, pollution… Notre organisme lutte sans cesse pour se débarrasser de substances qui ne devraient pas se trouver là !

Les déchets

On considère qu'il en existe deux sortes : les cristaux et les colles.

Les cristaux sont des déchets solides, issus de la dégradation des protéines, des aliments acides ou des sucres raffinés et dissous dans les liquides organiques: urée, acide urique, minéraux usés. En excès dans l’organisme, ils causeront des pathologies douloureuses sans suppuration ni catarrhes (rhumatismes, névrites, calculs).

Les colles sont des déchets non solubles dans les liquides organiques: mucus, glaires, crachats. Elles proviennent du métabolisme des glucides et des lipides. En excès, elles provoqueront des maladies non douloureuses mais qui coulent(asthme, bronchite, acné)

Pour éliminer les matériaux toxiques, le corps utilise des émonctoires naturels : les intestins, le foie, les poumons, les reins et la peau, chargés d'éliminer les déchets et toxines accumulés dans le sang, à travers les matières fécales, les sels biliaires, la respiration, l'urine et la sueur. Quand les émonctoires principaux sont surchargés, les toxines se détournent sur des émonctoires secondaires: l'utérus, les glandes salivaires, lacrymales et mammaires...

Les émonctoires sont de véritables stations d'épuration, filtrant et éliminant les déchets. De la bonne élimination des déchets dépend la santé.

Lorsque les capacités d'extraction des émonctoires sont dépassées, l'encrassage qui en découle est responsable de pathologies. En effet, la maladie se caractérise par la présence de substances indésirables dans l'organisme. Avec son cortège de symptômes, elle représente les efforts du corps pour se débarrasser de ces toxines.

Les cristaux seront principalement éliminés par les reins et les glandes sudoripares de la peau alors que les colles le seront par le foie, les intestins et les glandes sébacées de la peau.

La guérison interviendra lorsque les déchets auront été expulsés, que les tissus se seront réparés et que l'état humoral sera redevenu normal.

Outre l'importance de la qualité de l'alimentation que nous ingérons, de l'eau que nous buvons, de l'air que nous respirons et de l'activité physique que nous pratiquons, le drainage des toxines est un facteur tout aussi déterminant pour notre santé.

Si vous voulez minimiser les risques de maladie, il est important d'agir de manière préventive, vous éviterez ainsi d’avoir à le faire de façon curative.

metabolisme

Le drainage des toxines

L'action d'une thérapeutique visant à la détoxination/détoxication des émonctoires permet un travail en profondeur. Un principe qui permet d'agir sur la cause des pathologies pour obtenir des résultats durables à long terme.

Le drainage consiste à stimuler les fonctions organiques et à relancer les processus d'élimination des différents organes cibles (les émonctoires).

Le jeûne, l'eau distillée, les plantes médicinales et les aliments ayant des vertus désintoxicantes mais aussi les lavements intestinaux et les massages sont les formes traditionnelles les mieux adaptées au drainage.

ATTENTION ! Il est important de mener des cures raisonnables et individualiasées. Un usage abusif des drainages est tout aussi préjudiciable que les toxines elles même. N'EN ABUSEZ PAS !!!!
L'usage de plantes médicinales n'est recommandée qu'avec avis professionnel et personnalisé. Il est primordial de ne pas faire d'auto prescription et de consulter un professionnel de la santé de votre choix, certains produits naturels ayant des interactions avec les médicaments de synthèse.

Les émonctoires

Le drainage émonctoriel se fait en fonction de la nature des toxines, du niveau d'encrassement, de l'état fonctionnel des émonctoires et de la vitalité du patient.

On retiendra deux grandes règles du drainage '

  1. Plus l'encrassement est important, plus les cures seront courtes et répétées.
  2. Plus un drainage est intensif et profond, plus le drainage sera efficace et durable.

Les émonctoires principaux sont au nombre de cinq : Peau, poumon, rein, intestin et le foie.

La peau

Elle possède une double charge d'élimination. Elle élimine la sueur par les glandes sudoripares et le sébum par les glandes sébacées. Bien que ses éliminations soient généralement discrète, elle permet de libérer l'organisme d'une masse importante de toxines en raison de l'étendue de l'émonctoire cutané. Si la transpiration ne peut s'effectuer correctement, l'organisme est contraint de conserver des déchets qui auraient pu être évacué par cette voie.

Le poumon

Porte de sortie vitale, les poumons éliminent principalement les déchets gazeux (gaz carbonique, ...) qui résultent des combustions organiques. L'appareil pulmonaire est considéré comme l'émonctoire spécifique des colles. La sédentarité et/ou le manque d'oxygénation retiendra le gaz carbonique qui ne sera pas entièrement éliminé et asphyxiera lentement l'organisme.

Le rein

La fonction rénale est chargée d'éliminer rapidement dans les urines les déchets et les substances toxiques déversées dans le sang par les organes. Le rein est l'émonctoire spécialisé dans l'élimination des cristaux. En cas de surcharge une partie des déchets s'accumulent dans le filtre et le reste dans le sang, lequel à défaut d'être épuré normalement, laisse les déchets s'accumuler dans les tissus organiques.

L'intestins

Outre sa fonction métabolique d'absorption, le tube digestif possède une importante fonction émonctorielle avec la salive, le foie, les voies biliaires et l'intestin proprement dit. Le colon est le siège de fermentations et de putréfactions qui sont à l'origine de nombreuses maladies, d'où l'intérêt majeur de veiller au bon fonctionnement colique et de le purifier régulièrement.

Le Foie

C'est l'organe le plus important de la détoxication. Il neutralise les substances toxiques contenues dans le sang, filtre le sang de ses déchets et les élimine sous forme de bile via les intestins.

Récapitulatif

Le tableau ci-dessous est tiré du "Manuel de détoxication" de Christopher Vasey).

Type de déchet

Cristaux

Colles

Origine

Mauvaise dégradation des:
- protéines
- sucre blanc
- aliments acidifiants

Mauvaise dégradation des:
- amidons
- graisses

Solubilité

Soluble dans l'eau

Insoluble dans l'eau

Maladies

- Rhumatismes
- Névrite
- Eczémas secs

- Bronchite
- Sinusite
- Acné
- Eczéma coulant
- Perte blanche

Emonctoires principaux

- Reins
- Vessie
- Glandes sudoripares

- Foie
- Vésicule biliaire
- Intestins
- Glandes sébacées

Type de thérapie

Thérapie liquide
- Suppression de la source alimentaire des cristaux
- Plantes diurétiques
- Plantes sudorifiques
- Sudation

Thérapie sèche
- Suppression de la source alimentaire des colles
- Plantes hépato-biliaires
- Plantes laxatives
- Plantes pulmonaires

Dans le tableau ci-dessous vous trouverez différents draineurs classés suivant leur type :

Sudorifiques Bardane - Bourrache - Camomille - Pensée sauvage - Sureau - Tilleul...
Pulmonaires Eucalyptus - Origan- Pin sylvestre - Plantain - Polygala - Réglisse - Serpolet - Thym - Tussilage...
Diurétiques Orthosiphon - Chou - Fenouil - Maïs - Poireau - Oignon - Aubier de tilleul - Bruyère - Bugrane - Busserole - Cerisier - Chiendent - Pissenlit- Eglantier - Frêne - Génévrier - Ortie - Piloselle - Prêle - Reine des Prés
Laxatifs Bourdaine - Cascara - Casse - Eupatoire - Graines de lin - Manne - Mauve - Nerprun - Pêcher - Polypode - Réglisse - Ricin - Séné...
Hépato-biliaires Artichaut - Romarin- Radis noir - Olivier- Boldo - Petite centaurée - Chicorée sauvage- Eupatoire - Curcuma - Trèfle d'eau- Verge d'or- Menthe poivrée...

 

Références

  • Dr. Yves Donnadieu. Votre santé au quotidien. Éditions de la Seine, 1997.
    Christopher Vasey, Manuel de détoxication. Éditions Jouvence. ISBN 2-88353-010-6
  • Régine Durbec, Les cures des 4 saisons. Éditions Jouvence. ISBN 2-*88353-012-2
  • Jean-Claude Rodet, Cours d'hydrothérapie colonique, hygienne intestinale. http://www.iirhb.org
  • L'assiète Vitalité. Guide alimentaire proposé par la Ligue Nationale Française contre le cancer et la Fondation pour l'avancement de la recherche anti-äge 2002 .
  • Lucille Martin Bordeleau. Les bonnes combinaisons alimentaires. Edimag 1999.