Imprimer

La Prêle

Écrit par Gérard Piquemal.

montageNoms communs :

Asprêle, Prêle des champs, Queue de cheval, Queue de renard, Queue de rat, Petite prêle, Herbe à récurer, Herbe à écurer.

Classification scientifique:

Règne: Plantae
Sous-règne: Tracheobionta
Division: Equisetophyta
Famille: Équisétacées
Nom latin: Equisetum arvense
Nom anglais: Field hosetail

Les Prêles ou Sphénophytes sont un embranchement de végétaux vasculaires apparu au dévonien (408 à 365 millions d'années avant notre ère) mais qui ne comprend plus aujourd'hui qu'une quinzaine d'espèces appartenant au genre Equisetum.

Historique

Déjà présente aux premiers âges de la terre où elle croissait en abondance, la prêle nous a laissé un précieux héritage, sous la forme d'épaisses couches de houille dans lesquelles on a relevé des empreintes qui prouvent que son aspect n'a pas changé, si ce n’est de sa taille qui avait alors celle d’un sapin.

Les Romains - avec Pline qui la baptisait «le poil de la terre» - la conseillaient, en tant que tonique et reconstituant général, sous forme de salade préparée avec les jeunes pousses.

Galien se servait de la prêle pour soigner tendons et ligaments blessés, ainsi que pour les saignements de nez.

Nicolas Culpeper la décrivait comme : «Très puissante pour arrêter les saignements et pour la guérison des ulcères.
Les Amérindiens s’en servaient pour aider au développement des fibres musculaires et pour consolider les fractures ainsi que comme coagulant pour les plaies lentes et difficiles à guérir. Ils l'utilisaient aussi pour trouver des nappes d’eau en surface et en profondeur. Les premiers colons en tiraient une décoction qu’ils utilisaient contre l’hydropisie

image005

Étymologie

Equisetum vient du latin equs, «cheval», et de seta, «soie», la plante ressemble à une queue de cheval; arvense, «des champs». Son nom commun de prêle lui vient du latin «asper » signifiant âpre au goût. On l'appela asperella qui devint «asprèle» puis «prêle1».

Description botanique

Plante herbacée vivace, rhizomateuse de 20 à 60 cm de haut, la prêle des champs possède une tige filiforme, segmentée et dentée, des microphylles écailleuses en verticille au niveau des nœuds. L'anatomie des tiges est complexe et montre un cordon de canaux carinaux entourant l'espace interne du chaume2.

Dépourvue de fleurs, donc de graines et de fruits, la reproduction s'effectue, comme les champignons, les fougères et les mousses ; par l’intermédiaire de spores. Le rhizome souterrain, noir, donne naissance à deux sortes de tiges dressées qui se succèdent :



image007
dessin frère Alexandre Blouin.

Equisetum arvense,

Une tige fertile blanche (b), qui pousse en mars-avril, relativement courte (20 cm en moyenne), de couleur rougeâtre, sans chlorophylle, d'un assez gros diamètre, articulée, avec à chaque nœud de petites feuilles triangulaires soudées en verticille, et terminée par un épi oblong jaune-brun dans lequel se trouve les spores reproductrices ;

Une tige stérile verte (a), qui pousse quand la première tige est flétrie, soit en mai-juin. Beaucoup plus haute (60 cm en moyenne), de couleur vert pâle, grêle, cannelée et creuse, divisée en segments séparés par des nœuds portant des verticilles de rameaux simples. L’épi d’abord serré, se développe en longueur, rendant visibles les sporangiphores, qui sont constitué par un pédoncule et par une lame formant un écusson, sur les cotés internes sont insérés de 5 à 10 sporanges oblongs. Les spores sont nombreuses, globuleuses, et accompagnées chacune par quatre longs appendices rubaniformes, les élatères, qui facilitent la diffusion des spores


Cycle de vie de l’Equisetum arvense. Les structures haploïdes sont dessinées en rouge.

Gamétophyte

1 Spores
a Élatères
2 Spores germant
3 Prothalle
a Anthéridie
b Rhizoïdes
4 Prothalle
a Archégone
b Rhizoïdes
5 Anthéridie
6 Anthérozoïde
7 Archégone
a Anthérozoïde
b Osphère

Sporophyte:

8Jeune sporophyte sur gamétophyte
a Racine primaire
9 Pousse végétative
a Verticilles
b Ecaille foliaire
c Rhizome
10 Pousse fertile
a Strobile
b Ecaille folaire
11 Portion de strobile avec 3 sporophylles
a Sporange
b Sporangiophore

De forme curieuse, chaque spore sphérique porte, fixés en un point de son enveloppe, quatre longs filaments élastiques, les élatères. Les élatères se courbent ou se dressent rapidement selon l'humidité ambiante et assurent ainsi la dispersion des spores (mars à mai).

Apparemment semblables, les spores donnent naissance à deux types de gamétophytes haploïdes différents: les plus petits prothalles sont mâles car ils portent des anthéridies productrices d'anthérozoïdes, les plus grands prothalles sont femelles et abritent les archégones hébergeant chacun une unique o(v)osphère. Plus encore que chez les fougères, l'eau est nécessaire pour que les gamètes mâles flagellés nagent jusqu'aux o(v)osphères afin de les féconder. De cette fécondation naît le zygote diploïde qui, par divisions successives, donnera un nouveau jeune sporophyte.

Parties utilisées

Les tiges stériles avec leurs rameaux

Habitat et récolte

On retrouve la prêle jusqu'à 2.500 m d'altitude, sur des terrains un peu humides aux sols argileux et sablonneux où elle indique la présence d'une nappe aquifère haute: champs, talus, chemins, fossés, bord des ruisseaux ou des étangs, et elle est pratiquement impossible à extirper car sa souche souterraine s'enfonce dans le sol jusqu'à 2 m de profondeur. Elle est abondamment répandue dans tout l'hémisphère boréal: Europe, Afrique du nord, Amérique du nord, et Asie du nord.

On utilise les tiges stériles seulement, récoltées au début de l’été, par temps sec. Attention: éviter de la cueillir près des cultures traitées aux pesticides. Il est très important de laisser à peu près le tiers des tiges et le rhizome pour assurer la survie de la plante.

Séchage: Les plantes doivent être suspendues en petits bouquets, à la noirceur afin que les tiges restent bien vertes. Si les tiges brunissent, elles perdent une grande partie de leurs principes actifs.

Conservation: Dans un contenant hermétique, afin d’éviter qu'elle ne s'humidifie et qu’elle ne moisisse et idéalement à l’abri de la lumière.

Principes actifs

La tige stérile de la prêle est très riche en matières minérales avec une teneur exceptionnelle en silicium (sous forme d'oxyde, c'est-à-dire de silice - la prêle est la plante la plus riche qui soit en cet élément majeur de notre organisme, puisqu’elle peut contenir jusqu'à 40 % de son volume en silice), une forte proportion de calcium (sous forme de phosphate et surtout de carbonate) et de potassium (sous forme de chlorure et de sulfate), ainsi que du fer, du manganèse, du magnésium, du sodium, du soufre. Elle contient également un saponoside (l'équisétonoside), des hétérosides (galutéoside), des dérivés flavoniques, des traces d'alcaloïdes (acide nicotinique et nicotine), des tanins, des acides organiques, des acides gras et un principe amer qui lui donne sa saveur âpre.

Propriétés

  • Reminéralisante ;
  • Diurétique ;
  • Hémostatique ;
  • Cicatrisante ;
  • Astringente du système génito-urinaire ;
  • Lithotriptique ;
  • Anti-dégénérative ;
  • Anticancéreux,
  • Tonique pulmonaire,
  • Accélère la circulation dans les tissus conjonctifs et améliore leur résistance et leu élasticité ;
  • Apaise certaines irritations cutanées comme l’eczéma ;
  • Antifongique contre certaines maladies à champignons des plantes, elle est beaucoup utilisée en culture biologique ;
  • Répulsive sur certains insectes et autres ravageurs des plantes.

Indications principales

En général :

  • Dans tous les états de déminéralisation.
  • Chaque fois qu'il est nécessaire d'augmenter la diurèse.
  • Dans tous les états hémorragipares: épistaxis, hémoptysies, hématémèses, ménorragies et métrorragies, etc.

En particulier :

  • Sphère cardio-vasculaire et sanguine: Artériosclérose et ses conséquences (dont l'hypertension artérielle) - Leucopénie.
  • Sphère génito-urinaire: Troubles des règles - Oligurie Cystite- urétérite – Néphrite - Prostatite et rétention d'eau.
  • Sphère ostéo-articulaire : Retard de croissance - Consolidation de fractures - Arthrose – Entorse - Goutte - Ostéoporose (indication majeure) blessure des tissus conjonctifs.
  • Autres sphères: Vieillissement prématuré - Cheveux fragiles et ongles fragiles et cassants - Cicatrisations difficiles - Hyperhidrose.

Formes d’utilisation

- Par voie générale interne:

Les formes habituelles d'administration de la prêle en phytothérapie contemporaine sont:

  • La poudre totale sèche (micronisée, et de préférence microcryobroyée) en gélules qui représente le totum végétal de la tige stérile dans toute son intégrité et toute son intégralité, et
  • L'extrait sec (souvent sous forme de nébulisat) également en gélules.
  • Les décoction-infusion (faire bouillir 50 g de tiges stériles séchées dans un litre d'eau pendant 15 minutes, laisser infuser 15 minutes et filtrer);
  • Les extraits aqueux ou de jus de plante prêts à l'emploi (en ampoules buvables ou en flacons) vendus dans les pharmacies et les magasins de diététique.
  • Sous forme de gel colloïdal et en granules homéopathiques
  • Récoltée dès sa pousse, la prèle pourra également être consommée en salade, ou séchée et moulue, saupoudrée sur les aliments, comme du sel ou du poivre. Attention, si elle est trop avancée, elle est irritante (la prèle servait à récurer les chaudrons). Il est aussi important d’avoir la bonne espèce (il en existe environ 15). L’examen se fera à la loupe.
  • L’avantage de ces utilisations culinaires est classique, toutes les parties utiles de la plante sont métabolisées.

La prèle est également utilisée dans de nombreuses préparations magistrales, associant diverses autres plantes complémentaires (sous forme de décoctions composées, mais surtout aujourd'hui sous forme de mélanges de poudres totales ou d'extraits secs en gélules).
La prêle existe enfin sous forme de très nombreuses spécialités pharmaceutiques phytothérapiques répondant à ses indications (seule ou en association avec d'autres plantes aux vertus complémentaires) :

Spécialités pharmaceutiques
phytothérapiques:

Alpha Rénol* - Artérase* - Boribel Tisane N° 11 Diurétique* - Diurésane* - Élusanes Prêle - Extrait aqueux de Prêle Superdiet* - Extrane Prêle* - Florisane Prêle* - Gifrer Prêle* - Jus de Prêle Kneipp* - LBP Prêle* - Phytémag* - Phytescens G22 Fermeté-Minceur* - Phytescens G24 Élasticité* - Phytescens G39 Anti-âge* - Prêle des champs Boiron* - Promincil ampoules buvables* - Siliprêle* - Tisane Hamon N°3 Antirhumatismale* - Tisane Provençale N°2* - Titrex Prêle* - Vitaflor Prêle* - Yerbatona* - Etc.

- Par voie locale externe:

Utilisée sous forme de:

  • macération-décoction
  • Traitement des cicatrisations difficiles, de certaines maladies de peau (dartre, eczéma, etc.), et aspiration nasale pour arrêter un épistaxis: Faire tremper à froid pendant 3 heures, 100 g de tiges stériles séchées dans un demi-litre d'eau, puis chauffer et faire bouillir pendant 30 minutes. Laisser infuser 15 minutes et filtrer) en lavages ou pour imbiber des compresses.
  • Déminéralisation: 50g de p.s. pour 1L d'eau.Faire bouillir pendant 30min.Boire 3fois 3/4 de tasse par jour avant les repas.
  • Hémorragie: En application externe: faire bouillir 100g de p.s. dans 1L d'eau pendant 30min.Appliquer sur la plaie.
  • Fracture: 20g de p.s. dans 1L d'eau, bouillir 30 min.Boire 2tasses par jour.
  • Lithiase rénale et urinaire, faiblesse des rein ; Surmenage, dépression, problèmes psychiatriques ; Douleurs dorsales (sauf si causées par une compression des nerfs) ; Troubles oculaires (chez les jeunes mères entre autres) : 50g de p.s. dans 1L d'eau; faire bouillir 30min. et filtrer. Boire 2tasses par jour.
  • Bain de prêle: faire tremper 100g de p.s. dans 3 à 4 L d'eau froide pendant une nuit. Faire bouillir, filtrer et ajouter à l'eau du bain.Prendre un bain de 20 min. en buvant une tasse de tisane de prêle (infusion de 1c. à thé par tasse).Le niveau de l'eau doit être au-dessus des reins (partie inférieure de la cage thoracique).Sortir du bain et s'envelopper dans un peignoir sans s'essuyer et se reposer au lit pendant une heure.
  • Menstruations trop abondantes: 50g de plante fraîche dans 1L d'eau; faire bouillir 30min. et filtrer.Boire 2tasses par jour une semaine avant le début des menstruations.
  • Transpiration trop abondante: 50g de p.s. dans 1L d'eau; faire bouillir 20min., filtrer. Boire 2tasses par jour dont 1 au coucher.

Teinture

Traitement de l'hyperhidrose et des mauvaises odeurs qui en résultent: 500 g de tiges séchées coupées en morceaux dans 500 ml d'alcool à 60°. Laisser macérer une quinzaine de jours en agitant le flacon journellement. Filtrer dans un linge fin et conserver dans un flacon bouché. Badigeonnage quotidien des pieds.

Une autre méthode: Le bain de pieds dans de l’eau très chaude 39/40 degrés pendant 20 minutes. Jeter deux bonnes poignées de plante fraîche entière, préalablement décortiquée.

Huile médicinale

Remplir un pot de type «Masson» de prèle et recouvrir la plante d’une huile biologique de première pression à froid ne rancit pas. Laisser macérer pendant 14 jours au soleil en prenant soins de remuer deux fois par jour la préparation;

En urgence: Mettre une quantité de plante fraîche ou sèche dans une petite casserole en cuivre, recouvrir d’huile et chauffer à 35 degrés maximum, pendant 28 minutes:

Quelque soit la méthode de préparation, presser et filtrer et mettre en flacon teinté. Utiliser en massage sur les endroits endroit douloureux et portes d’entrées subtiles (carotides, faces internes des poignets, plantes des pieds, poplités, etc.).

Enveloppements

Crampes d'estomac, crises de foie, tendinites et bursites, tumeurs : Mettre deux grosses poignées de p.s. dans une passoire posée par-dessus un récipient d'eau bouillante.Quand les plantes sont ramollies, les envelopper dans un linge de fibre naturelle et appliquer sur la région affectée.S'envelopper chaudement et laisser agir plusieurs heures ou même toute une nuit.

Synergies

Durant des affections douloureuses du type arthrose ou rhumatismes, la prèle pourra être utilisée en association avec des plantes antalgiques comme la reine des prés ou l'harpagophytum.

Précaution d’emploi

  • A cause de son effet diurétique, il est très important de boire beaucoup d’eau durant la cure.
  • La prêle est considérée comme un poison violent pour les chevaux et les bovins, puisqu’elle est une thiaminase qui détruit la vitamine B1.
  • Ne pas consommer plus de 6 semaines car la prèle est irritante pour le système digestif et risque de causer une déficience en vitamine B1.
  • Pendant les mois de mai à août, les pollens de cette plante peuvent provoquer des allergies, en particulier le rhume des foins (rhinite allergique).

Contre indication

Ne pas prendre de la prêle si on souffre d'oedème associé à un dysfonctionnement cardiaque ou rénal, ainsi que de troubles hépatiques ou rénaux graves ou de carence en Vitamine B1.
Ne pas donner aux femmes enceintes ou qui allaitent, non plus qu'aux jeunes enfants, en raison de la nicotine que renfermeraient les tiges.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

Les effets diurétiques de la prêle pourraient s'ajouter à ceux d'autres plantes ou suppléments ayant une action similaire.

Avec des médicaments

En théorie, les effets diurétiques de la prêle pourraient s'ajouter à ceux d'un diurétique de synthèse.

Pour les mêmes raisons, la prêle pourait entraîner une perte de potassium et donc représenter un danger pour les personnes traitées avec des produits de la famille de la digitaline.

Autres usages

Cosmétique:

Utile pour fortifier ongles et cheveux, ainsi qu’en lotion astringente et tonique pour le visage.

Recette fortifiante pour les ongles cassants

Mettre 50 g de prêle dans un litre d’eau froide et faire bouillir 20 mn. Laisser refroidir, filtrer et mettre au frais.

Une fois par jour, faire tremper le bout des doigts dans un petit bol contenant la décoction (un quart d’heure au moins).

La décoction peut servir aussi en rinçage de cheveux cassants et fatigués.

Usage ménager

Grâce à sa richesse en silice, la prêle était utilisée pour décaper et polir les métaux (cuivre, étain, laiton) ainsi que pour récurer les ustensiles de cuisine, polir ou nettoyer les récipients en bois (barriques, seaux à lait).

Jardinage

La prèle se révèle efficace pour lutter contre les maladies cryptogamiques: cloque, moniliose, mildiou, botrytis ainsi que pour la rouille et le marsonia (maladies des taches noires). Elle possède également un effet répulsif sur certains insectes nuisibles et autres ravageurs des plantes comme les vers-gris, les limaces, les tétranyques et les pucerons.

Recette pour le jardin

Mettre 100 g de feuilles fraîches ou 30 g de sèches (émiettées) dans 5 litres d’eau douce (eau de pluie) pendant 24h.
Faire bouillir, laisser refroidir et reposer quelques heures avant de filtrer (les filtres a café en papier évite les particules pouvant boucher le pulvérisateur.
Pulvériser la décoction, sans la diluer sur les plantes.
Renouveler tous les 15 à 20 jours pendant la période de croissance de la végétation, pour une action préventive et curative.

Sources

http://www.phytonutrition-sante.com
http://www.vidal.fr/
http://www.laphytotherapie.com
http://www.aromalves.com
http://www.jardinage.net
http://www.santemagazine.fr
http://www.goldmann.club.fr/
http://www.geneve.ch/epl/
http://plantes.sauvages.free.fr/
http://pharmacie.millet.perso.wanadoo.fr
http://www.doctissimo.fr
http://www.medvet.umontreal.ca/
http://www.passeportsante.net/
http://autourdesroses.free.fr/Prele.htm
Santé-Canada http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/medeff/advisories-avis/prof/2000/hypericum_perforatum_hpc-cps_f.html

Ainsi que :

Notes du cours de phytothérapie IIRHB
Encyclopédie Quid (2003)
Faune et flore de l’Amérique du Nord (Sélection du Reader’s Digest)
Notes de cours du Dr. J.C Rodet
Guide pratique de phytothérapie, Ed. ROMART