Imprimer

Bases nutritionnelles d'une alimentation anti-stress

Écrit par Gérard Piquemal.

Le stress se nourrit principalement de magnésium et de vitamines  du groupe B. Ces vitamines et minéraux, sont des éléments essentiels à notre équilibre. Ils interviennent dans la transmission du système nerveux et la stimulation du système immunitaire.
A l'approche d'une période stressante, prévoyez de consommer d'avantage d'aliments riches en vitamines B comme les céréales complètes, le foie, les fruits secs, les fromages "bleus" et surtout du germe de blé et de la levure de bière, qui sont des compléments alimentaire à forte densité nutritionnelle.

Mangez moins,

Consommez préférablement des aliments biologiques, ils ont un meilleur rendement nutritionnel. Orientez-vous sur une alimentation riche en magnésium, vitamines : A (caroténoïdes, rétinol), B1 (ou thiamine ou aneurine), C (acide ascorbique), E (a-tocophérol) et les incontournables flavonoïdes (pigments naturels présents dans les fruits et légumes) indispensables à la lutte contre le stress oxydatif cellulaire. Vous devez sortir de table sans sensation de faim mais aussi sans surcharge.

Buvez plus

L’eau nettoie notre organisme. Buvez-en abondamment (1,5 l/jour), d’une eau peu minéralisée. Évitez de trop boire en mangeant (pas plus d'un verre) afin de ne pas diluer les sucs digestifs et ainsi occasionner un surmenage des glandes digestives et un allongement du temps de digestion. Buvez plutôt en dehors des repas.

Consommez chaque jour des acides gras essentiels.

Les oméga 3 présents dans l'huile d'olive, de soja, de tournesol, de noix, mais aussi dans les huiles de poisson gras (saumon, sardine, flétan, morue), dans les huîtres, les crustacés, les coquillages. Il est à noter que les oméga 3 disparaissent à la cuisson.
Les oméga 6 sont présents dans l’huile d’onagre, de noix, de tournesol, de maïs, le lait de jument, la luzerne...

Mangez cru, mangez vivant.

Crudités et fruits deux à trois fois par jour. Ils représentent les enzymes, les minéraux et les vitamines.

Cuisez au minimum

Pour faciliter la digestion et l'assimilation de certains aliments (courges, protéines, hydrates de carbones), il est nécessaire de les cuire. Cependant, la cuisson dévitalise nos aliments. Il est donc préférable de les cuire peu et à chaleur modérée. Évitez  carbonisation (Toast brûlés), qui est néfaste.

Consommez des céréales complètes

Grands fournisseurs de sucres lents : le riz, l’épeautre, le quinoa, l’amaranthe, ont des propriétés nutritives exceptionnelles et un goût délicieux. Le blé ne pose problème qu'aux estomacs intolérants au gluten. Préférez les céréales de culture biologique.

Utilisez largement les aromates, les condiments et les épices

Ail, oignon, ciboule, basilic, aneth, fenouil, estragon, menthe, safran, cardamome… Leur utilisation apporte de nouvelles saveurs dans nos assiettes et luttent efficacement à contrer les effets négatifs du stress.
Attention au sel !   (pas plus de 2 grammes par jour)

Connaître et évitez les mauvaises combinaisons alimentaires

  1. Sucre & fruits acides (orange, maracuja, pamplemousse,  tangerine)
  2. Fruits acides & amidons (pain, biscotte, gâteau, riz..)
  3. Melon avec quelconque autre aliment et même autre fruit
  4. Deux types d’amidon au même repas (igname avec riz, pomme de terre avec pâtes…)

Qui représentent des incompatibilités digestives et des stresseurs du système digestif.

Vins & alcools

Idéalement, pas plus d'un verre de vin aux deux repas,  du moins pendant les périodes de stress importants. Pas d'alcool fort.

Évitez le café en fin de journée et le soir.

Son effet stimulant déclanche une libération d’adrénaline qui provoque anxiété, nervosité, palpitations et insomnie. Son effet excitant peut durer jusqu’à six heures. Pour le thé, vous pouvez le déthéiner, en jetant la première infusion après une minute. Versez à nouveau de l'eau bouillante, laissez infuser 5 minutes.