Imprimer

H1N1 – La chasse aux sorcières est ouverte

Écrit par Gérard Piquemal.

La chasse aux sorcières est ouverte

Il y a quelques mois, ceux qui dénonçaient la campagne de peur de l'OMS, des gouvernements, des médias et mettaient en garde contre la  vaccination massive passaient pour des hurluberlus partisans de la théorie du complot. Aujourd'hui, les derniers développements tendent à prouver qu'effectivement il y a eu malversations et conflits d'intérêts de la part de certains politiques.

Tout ce qui est caché sera dévoilé annonce un best-seller historique. Et bien il semblerait que cela soit vrai !

Selon le parquet de Sofia (Bulgarie), le gouvernement bulgare aurait commandé 200.000 doses de Tamiflu, au laboratoire suisse Roche pour 6,5 millions de leva (3,3 millions d'euros), alors qu'il avait reçu une offre d'environ 2 millions d'euros, pour la même quantité, de la part des services sanitaires britanniques...  Le Premier ministre (Boïko Borissov) vient d'accepter mercredi la démission de son ministre de la Santé, inculpé hier de dilapidation de fonds publics pour avoir acheté des doses d'un traitement anti-viral contre la grippe H1N1 pour une somme jugée trop élevée.

Madame Bachelot, ancienne pharmacienne et ancienne visiteuse médicale a affirmé devant la commission d'enquête du Sénat que « Les liens d'intérêt ne sont pas forcément des conflits d'intérêt ». Je voudrais bien lui laisser le bénéfice du doute mais rappelons qu'en 2002, à peine nommée par Chirac ministre de l'Environnement, elle annonce le 8 mai, quelques jours après l'anniversaire de Tchernobyl, que le nucléaire est l'énergie la moins polluante.

La semaine dernière, la ministre de la santé s'en était prise vigoureusement, devant cette même commission d'enquête, aux déclarations faites début novembre par Mme Kopacz, ministre polonaise de la santé. Mme Kopacz avait alors évoqué "des contrats qui sont dans le meilleur intérêt des compagnies pharmaceutiques" qui refusent d'en "assumer la responsabilité". Elle avait aussi dit d'un vaccin contenant "très peu de substances actives" qu'il pourrait n'être "qu'une eau miraculeuse". Mme Bachelot a tourné cette déclaration en dérision, y voyant peut-être « un hommage rendu à l'influence de l'église catholique en Pologne ». Elle a accusé aussi Mme Kopacz de « friser la désinformation », les vaccins ayant été de fait utilisés « en toute sécurité », affirmant « Ce n'est pas que la Pologne n'a pas voulu acheter des vaccins, c'est qu'elle n'a pas pu les acheter »...

A n'en pas douter, la chasse aux sorcières ne fait que commencer. L'OMS vient d'être auditionnée par la commission santé du Conseil de l'Europe, on soupçonne un conflit d'intérêt entre les experts et les laboratoires pharmaceutiques en charge de préparer les vaccins. Soupçons somme toute sont légitimes dans la mesure où ces experts de la grippe auraient une double casquette (rémunérés par l'industrie pharmaceutique et l'OMS). On peut donc supposer, qu'ils aient été inclinés à aggraver la menace grippale. Il semble que six des huit membres du comité stratégique ayant conseillé M. Chan soient rattachés de manière intéressée à des laboratoires.

Une histoire à suivre...

Références :

http://www.romandie.com/ats/news/100331091849.5b87xnkb.asp

http://www.bakchich.info/Roselyne-Bachelot-et-les-nayades,10145.html

http://www.romandie.com/infos/news2/100329160517.gvlbewq8.asp