Imprimer

Luchon. Un livre et un chemin de Luchon à Benasque

Écrit par LA DÉPECHE DU MIDI- VÉRONIQUE BAVENCOVE.

Luchon. Un livre et un chemin de Luchon à BenasqueC'est en présence du maire de Benasque, José Ignacio Abadias Mora et de Françoise Dedieur Casties, représentant l'Arpe et la région Midi-Pyrénées, que le maire de Luchon, Louis Ferré, a présenté samedi un nouvel ouvrage qui revient sur huit siècles d'histoire franco-espagnole, sur le chemin reliant l'Hospice de France à l'Hospital de Benasque.

« La présentation de cet ouvrage intervient deux jours à peine après l'accueil du 28e conseil plénier de la communauté de travail des Pyrénées, qui a consacré trois journées aux programmes de coopérations frontalières, rappelle Louis Ferré. C'est un territoire de passage et de liberté qui est mis à l'honneur au fil des pages. »

« Nous avons mis presque douze ans à rédiger ce livre qui est le fruit d'un travail scientifique de longue haleine, poursuit Carine Calastrenc Carrère, co-auteur du livre. Ce fut un chemin compliqué et jonché d'une aventure humaine qui perdure jusqu'à aujourd'hui ». Un ouvrage qui au fil des pages, emprunte le chemin historique que les villes de Benasque et Luchon souhaite ouvrir à nouveau l'été prochain. « De notre côté, ce chemin historique était en partie sous l'asphalte, constate Patrick Peyet, responsable de la commission sentier à la communauté de communes du Pays de Luchon. Nous avons pris l'option de réaliser un chemin à partir des morceaux qui avaient un caractère historique, entre Luchon et l'Hospice de France ».

Un chemin va ouvrir l'été prochain

Dès cet été, les promeneurs pourront quitter la cité thermale, redécouvrir le Bosquet-des-Thermes, la Tour de Castelvielh, piquer jusqu'à Ravi et à Labatch de Luchon afin de rejoindre l'Hospice de France en empruntant le bois de Charruga. Soit sept à huit heures de marche, à réaliser en deux étapes. « Ce sentier est une véritable chance pour nos deux territoires, conclut le maire de Benasque. Car les gens aujourd'hui, s'intéressent de plus en plus au tourisme culturel. J'espère que cette relation ne cessera de se prolonger dans le temps. »