Imprimer

Vieux motard que jamais !

Écrit par Gérard Piquemal.

vieux motardAprès une enfance heureuse auprès d'une grand-mère géniale, une adolescence révoltée, coincé entre une mère soumise et un beau-père taliban avant l'heure, une vie adulte un tantinet Rock & Roll, voilà que je me prépare à vivre la vieillesse. Soixante printemps le 28 avril prochain. Waaaw ! Qui aurait dit ça ?

Certainement tout le monde, moi mis à part.

Il n'y a pas si longtemps encore, j'accusais les vieux d'être toujours dans les jambes ; au centre d'achat, dans le métro, à pied, à cheval ou en voiture. Je me disais que les vieux, ça se croit tout permis, ça prend son temps pour faire les choses, pour les dire et parfois pour les comprendre... Les vieux, ça veut pleins de privilèges, genre Age d'Or et Cartes Vermeille, Les vieux, ça ne contribue plus à rien et puis ça coûte cher...

Il faut éradiquer les vieux, les euthanasier, prélever leurs organes et transformer les restes en protéines, graisse et autres sels minéraux... Non je déconne dans la veine du film « Soleil Vert ». Je déconne mais je constate qu'on passe son temps à chialer après le vioque et... CRAC un jour, ça y est, C'EST TOI QU'EST VIEUX ! Wash, la galère !

Et il disait quoi déjà « Mossieu Corneille » ?

« Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? »... S'il parle de la vieillesse, c'est pas la joie mais continuons ;

« Ô cruel souvenir de ma gloire passée ! »... Ayoye !

« Œuvre de tant de jours en un jour effacée ! »... Ça fout vraiment les boules ce bouquin là. En comparaison, l'Exorciste ressemble à une comédie sentimentale.

Mais non, rassurez-vous trentenaires, quarantenaires et cinquantenaires, vieillir, ça se passe beaucoup dans la tête. Si tu arrives là aigri, frustré par la vie, il y a de fortes chances pour que la vie devienne un cauchemar, voire même un enfer. Et oui les petits, l'enfer existe ! Pas dans une autre vie, dans celle-ci, ici bas. L'enfer c'est quand les objectifs et les rêves font place aux regrets, aux remords et aux rancunes. L'enfer, c'est quand on se flagelle à grand coups de « J'aurais donc du... », « Si j'avais su... ». « Si on m'avait écouté..., donné une chance, aimé... ». L'enfer, c'est quand on ne s'aime plus soi-même...

Oh ! Je sais ce que certains commencent à penser : Ça y est, pépère a pété un câble, il va commencer à nous conter sa vie... C'est de son âge, il radote l'ancêtre !

FAUX, au contraire, je me sens plein d'énergie, de vigueur ; heureux, comblé, avec des idées, des projets et des rêves plein la tête mais surtout furieusement affamé d'aventures.

Car après tout, en années cosmo-galactiques, 60 ans c'est juste le printemps de la « Vieillesse ».

A suivre...