Grippe A H1N1 - REVUE DE PRESSE

Imprimer

Le business de la maladie

Écrit par Chris Fairhurst.

Traduction par Antoine le 4 décembre 2009, pour le collectif "Nos Libertés"
Cette présentation a été réalisée par Chris Fairhurst au tribunal de La Haye, le 14 juin 2003
Article original publié au sein de
La Fondation pour la santé du Dr Rath

Je vais parler des pratiques commerciales douteuses d'une industrie mondiale (et en particulier de l'industrie pharmaceutique) et des groupes d'intérêts financiers qui les soutiennent. Je me référerais collectivement à cette industrie et ses financiers comme le «business de la maladie», pour des raisons qui seront vite évidentes.

Dans le monde du «business de la maladie», chaque décision est prise en fonction uniquement du profit et de l'augmentation des marges. Pour les hommes contrôlant ces entreprises, l'important n'est pas la façon dont ces profits (et donc la richesse) sont générés, mais simplement qu'ils le soient.

Imprimer

Le vaccin contre la grippe saisonnière rendrait plus vulnérable au H1N1

Écrit par Emmanuelle LAMi.

D'après une étude canadienne publiée dans la revue PLoS Medicine, le risque de contracter le virus H1N1 serait plus important chez les personnes vaccinées contre la grippe saisonnière.

Se vacciner contre la grippe saisonnière pourrait-il nous rendre plus sensible à la grippe H1N1 ? C'est la possibilité évoquée par les chercheurs du Centre de contrôle des maladies de Vancouver au Canada. Ils ont constaté que les personnes vaccinées contre la grippe saisonnière étaient plus exposées au risque de grippe A que la moyenne de la population.

Au printemps 2009, dans une école canadienne, les scientifiques avaient déjà constaté que les enfants souffrant de grippe A étaient plus souvent vaccinés contre la grippe saisonnière que les enfants qui n'avaient pas contracté la grippe A.

Afin de confirmer ces observations, quatre études ont été menées, incluant au total 2700 personnes ayant contracté ou non la grippe A.

Toutes les études confirment que le vaccin contre la grippe saisonnière est associé à un risque accru de contracter le virus H1N1. En effet, la probabilité de contracter ce virus est multipliée par 1,4 à 2,5 chez les personnes vaccinées.

Article original sur le site de LANUTRITION.FR

Imprimer

Grippe A : un "Timisoara" sanitaire

Écrit par Gérard Bapt, député (PS) de Haute-Garonne.

L'alerte était lancée le 24 avril 2009 par la porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Fadela Chaib : "Plusieurs centaines de cas humains de grippe porcine ont été relevés au cours des dernières semaines au Mexique, avec 57 cas mortels dans la région de Mexico."

En réalité, il n'y avait aucun décès attribuable au H1N1 à cette date... C'est à la demande de l'OMS que le Mexique avait répondu le 12 avril à une demande de vérification après une flambée d'infections respiratoires aiguës dans la petite commune rurale de La Gloria. Sur 50 échantillons analysés au Canada, 16 cas identifièrent le H1N1 le 23 avril... dont un seul sur le village de La Gloria ! Les écoles, restaurants et stades sont pourtant fermés à Mexico le 24 avril. Et le 25 avril, sans un seul décès attribuable au H1N1, ni au Mexique ni ailleurs, l'OMS déclare une "urgence de santé publique de portée internationale" et passe à la phase 3 de niveau d'alerte. Ce n'est que le 27 avril que le docteur Fukuda, conseiller spécial pour la grippe pandémique à l'OMS, annonce les sept premiers morts porteurs du virus H1N1, tous porteurs de pathologies respiratoires préexistantes sévères. L'OMS passe à la phase 4 d'alerte. Le 29 avril, au niveau 5.

De jour en jour, les médias du monde entier sont nourris de la sinistrose entretenue par "les experts" en lien avec l'OMS. Lorsque des responsables nationaux de sécurité sanitaire émettent des propos rassurants, ils sont immédiatement contredits...

La suite sur le site LEMONDE.FR

Gérard Bapt, député (PS) de Haute-Garonne et président du groupe d'études "santé environnementale".

Imprimer

Nouvelle controverse à l'OMS après la fuite d'un rapport confidentiel

Écrit par Olivier TALLÈS - LA-CROIX.COM.

Après avoir critiqué un rapport confidentiel sur les maladies négligées, l'industrie pharmaceutique est accusée d'avoir fait pression sur des experts de l'Organisation mondiale de la santé

L'affaire semble tout droit sortie d'un roman d'espionnage de John le Carré. Le 7 décembre 2009, un rapport confidentiel d'experts mandatés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est mis en ligne sur un site Internet spécialisé dans la publication de documents secrets : wikileaks. Le texte est un condensé de huit ans de réflexion sur les financements innovants pour favoriser la recherche en faveur des maladies négligées et l'accès des plus pauvres aux médicaments essentiels.

La « fuite » serait sans doute passée inaperçue si les 90 pages du rapport n'avaient été accompagnées d'une analyse critique de la Fédération internationale de l'industrie du médicament (Ifpma), laquelle n'était pas censée disposer d'une copie. La Fédération jugeait notamment « contre-productive » l'idée d'instaurer une taxe sur les bénéfices des entreprises pharmaceutiques pour financer la recherche médicale à hauteur de 160 millions de dollars par an. Ces remarques avaient conduit le Lancet, la revue médicale de référence, à accuser l'industrie pharmaceutique de vouloir « saboter » le travail des experts.

La suite sur le site LA-CROIX.COM

Imprimer

H1N1 – La chasse aux sorcières est ouverte

Écrit par Gérard Piquemal.

La chasse aux sorcières est ouverte

Il y a quelques mois, ceux qui dénonçaient la campagne de peur de l'OMS, des gouvernements, des médias et mettaient en garde contre la  vaccination massive passaient pour des hurluberlus partisans de la théorie du complot. Aujourd'hui, les derniers développements tendent à prouver qu'effectivement il y a eu malversations et conflits d'intérêts de la part de certains politiques.

Tout ce qui est caché sera dévoilé annonce un best-seller historique. Et bien il semblerait que cela soit vrai !